Publique

La doula et la peur de la douleur à l'accouchement


L'analyse de la douleur du travail est quelque chose que de nombreux experts ont essayé et cela a fait couler des rivières d'encre. L'auteur Verena Schmid, par exemple, fait une analyse fantastique dans son livreLa douleur de l'accouchement. Tandis qu'elle réfléchit, la douleur pendant le travail est toujours influencée par plus de facteurs qu'on ne le mentionne habituellement.

Les problèmes physiques, psychologiques et émotionnels se joignent aux influences environnementales référées à la fois à l'espace et aux personnes qui nous entourent au moment de l'accouchement pour faire en sorte que la perception de la douleur soit l'une ou l'autre, en fonction de la façon dont chaque facteur agit à l'époque. Par conséquent, chaque femme dans son travail aura des perceptions différentes.

Les doulas ne sont pas la solution définitive pour éviter les douleurs du travail, nous ne sommes pas le miracle à avoir travail sans douleur. Mais nous, les doulas, sommes celles qui s'assoient avec la femme pendant la grossesse et même à l'accouchement, offrant compréhension et soutien qui se traduisent par la sécurité et la paix. Deux choses essentielles au moment de la livraison.

C'est peut-être l'une des raisons pour lesquelles diverses études et méta-analyses ont documenté moins de besoin d'anesthésie péridurale et une meilleure mémoire de l'accouchement dans les naissances qui ont été accompagnées de doulas. Il s'agit de supprimer les peurs, les insécurités, les nerfs et les tensions pour semer la tranquillité, la sécurité, la paix et la confiance. C'est ce que nous essayons d'accompagner sur le chemin des femmes naissance de leurs bébés: que chaque femme vive les vagues de sa mer comme elle l'entend, mais avec la tranquillité et le soutien dont elle a besoin.

D'un autre côté, nous avons ce mot qui fait parfois tellement peur aux mamans et aux papas: contraction. Quand quelqu'un la nomme, de nombreux visages changent dans une pièce remplie de mères et de pères qui attendent leur bébé. De toute évidence, le mot est tout à fait correct, puisqu'il s'agit d'un spasme des fibres musculaires qui composent l'utérus, qui au moment de l'accouchement sont dans un intense travail de contraction pour que l'accouchement soit possible. Mais qu'advient-il de ce terme en le nommant? Qu'est-ce qui nous fait ressentir? En général, cela se traduit par une tension et nous combattons ce que cela signifie. Nous devenons plus tendus lorsque ce dont nous avons besoin est précisément le contraire: dilater. Et pour que notre corps y parvienne, l'une des plus grandes aides est d'essayer de se détendre.

Il est important de bannir l'association de douleur égale à maladie que nous avons absolument intégré et que dans le cas de l'accouchement ce n'est pas vrai. L'accouchement n'est pas une maladie, mais un processus absolument naturel et physiologique qui culmine dans la célébration d'une nouvelle vie, si tout se passe comme prévu. Avec notre association entre la maladie et la douleur et la douleur à l'accouchement, nous connectons directement l'accouchement à la maladie, provoquant l'apparition d'insécurité et de peur et appliquant une pression supplémentaire en tant que facteur psychologique et émotionnel lors de l'accouchement de la femme.

Outre l'existence prouvée de naissances naturelles indolores et même agréables, la douleur n'est qu'un symptôme que quelque chose se passe dans notre corps ou que cela va arriver. Mais ce n'est pas une maladie en soi, et cela ne confirme pas toujours qu'il semble qu'une maladie nous vienne ou soit déjà installée en nous. Si nous supposons et intégrons cela, nous briserons l'association: la douleur équivaut à la maladie, notre pression diminuera, et avec elle notre perception de la douleur.

Beatriz Fernandez
Contributeur à notre site

Vous pouvez lire plus d'articles similaires à La doula et la peur de la douleur à l'accouchement, dans la catégorie Etapes de la grossesse sur place.


Vidéo: Grossesse Zen - Gérer la douleur le jour de laccouchement (Mai 2021).