Publique

Les enfants qui travaillent: cela doit cesser!


Je sais qu'il semble facile de dire que les enfants ne devraient pas travailler, surtout quand, non loin de chez nous, il y a des familles qui ont vraiment faim et que, bien que contrairement à leur volonté, elles poussent leurs jeunes enfants à travailler. Et je me demande: qui en est responsable? Qui sont les vrais coupables du non-respect des droits signés et de la protection de ces petites créatures? Leurs familles, nous, les gouvernements ... Y avez-vous déjà pensé?

Lorsque des nouvelles et des images me parviennent d'enfants exploités dans l'exploitation minière, dans la construction ou vivant dans la rue, mon cœur se serre et je me sens très, très impuissant. À quoi servent les droits s'ils ne sont pas mis en pratique? Absolument tout manque à de nombreux enfants: l'accès à l'éducation, un acte de naissance, les soins de santé, l'attention, l'affection ... et surtout le respect.

Dans le Journée mondiale contre le travail des enfants 2016 la devise est: «L'élimination du travail des enfants dans les chaînes de production est l'affaire de tous».

L'Organisation internationale du travail révèle que plus de 250 millions d'enfants devraient jouer et apprendre à l'école et au travail. Une grande partie d'entre eux, impliqués dans des travaux dangereux, c'est-à-dire qui portent atteinte à la santé, à la sécurité et à la moralité des plus petits. La plus forte concentration de travail dangereux des enfants est enregistrée dans l'agriculture, le travail domestique et de rue, et dans l'industrie (mines, construction ...). Au total, 85 millions d'enfants travaillent en esclavage.

Les emplois dangereux sont ceux qui exposent les enfants à des abus physiques, psychologiques ou sexuels; ceux qui se déroulent sous terre, sous l'eau, à des hauteurs dangereuses ou dans des espaces confinés; ceux qui sont réalisés avec des machines, des équipements et des outils; celles qui sont effectuées dans un environnement insalubre où se trouvent des substances et agents dangereux ou à des températures ou des niveaux de bruit ou de vibrations nocifs pour la santé des enfants. Le travail dangereux est également considéré comme un travail qui implique des conditions particulièrement difficiles telles que de longues heures ou de longues nuits, ou un travail qui retient sans justification l'enfant dans les locaux de l'employeur.

L'un des objectifs de Journée mondiale contre le travail des enfants il s'agit de faire en sorte que tous les pays établissent leur propre liste de travaux dangereux et agissent contre elle. Comment? Eh bien, en garantissant l'éducation des enfants, en combattant la pauvreté que le travail des enfants engendre en promouvant la protection sociale, en garantissant un travail décent pour les adultes et en veillant au respect des lois contre le travail des enfants.

Les gouvernements ont la responsabilité de veiller à ce que les enfants d'âge légal pour l'emploi travaillent en toute sécurité. Votre fils, comme le mien, a sûrement ses droits respectés, mais rappelez-vous que «de l'autre côté de la rue», il y a des enfants qui, par le besoin de survivre, sont amenés à chercher leur vie, mettant leur propre santé en danger. Faisons prendre conscience à nos enfants de la nécessité d’y mettre un terme. Peut-être qu'en grandissant, ils seront capables de lutter plus efficacement contre le travail des enfants, même s'il vaudrait mieux qu'à l'avenir tout cela soit simplement une triste et douloureuse «histoire» de l'histoire.

Vous pouvez lire plus d'articles similaires à Les enfants qui travaillent: cela doit cesser!, dans la catégorie Droits de l'enfant sur place.


Vidéo: Est-ce que YouTubeur, cest un métier? - 1 jour, 1 question (Mai 2021).